«Leaps by Bayer»: 10 défis à relever

Oser faire le grand saut

Chapter one: the leap of faith – un bond en avant

L’escalier de 25 marches «Gin Lyon» est légendaire chez les skateurs. En 2016, Aaron «Jaws» Homoki a réussi à sauter au-dessus de ces marches, là où Ali Boulala avait échoué 14 ans plus tôt. Il en conclut qu’«on ne sait jamais si quelque chose est possible. Jusqu’à ce que l’on essaie.»


Voilà pourquoi Boulala et Homoki sont des symboles de l’initiative d’innovation «Leaps by Bayer»: seules les personnes qui voient plus grand peuvent réaliser de grandes choses. Avec Leaps («sauts» en anglais), Bayer cible dix grands défis de l’humanité. Les résoudre représenterait un considérable bond en avant, car il s’agit d’innovations révolutionnaires dans le domaine de la nutrition et de la santé.

Interview Aaron Homoki et Ali Boulala

Les 10 défis
1. Guérison de la cécité congénitale
2. Guérison des troubles de la coagulation sanguine potentiellement mortels chez les enfants
3. Guérison des malformations cardiaques congénitales chez les enfants
4. Régénération de lésions cardiaques
5. Réparation des dommages de la rétine et restauration de la vision
6. Restauration du tissu cérébral pour protéger la mémoire
7. Approvisionnement rapide de vaccins vétérinaires
8. Régénération du sol et maintien de la santé des racines
9. Développement de plantes utiles d’avenir naturelles avec un bon rendement
10. Insecticides naturels

«Certains disent qu’il s’agit de tâches impossibles. Nous préférons parler de «Leaps». Notre approche de la recherche en sciences de la vie est unique au monde», explique Kemal Malik, membre du comité de direction en charge de l’innovation chez Bayer.


«Leaps by Bayer» se consacre aux technologies qui ne font pas partie de la recherche de Bayer, mais qui la complètent de façon idéale. Pour relever ces défis, Bayer a fondé trois entreprises avec des partenaires et investit pour cela plus de 500 millions d’euros entre 2016 et 2020.


«Nous savons que nous nous consacrons à des projets dont l’issue est incertaine», explique le Dr Axel Bouchon, directeur de Leaps by Bayer. «Si nous parvenons à ne résoudre qu’un seul de ces dix défis, nous aurons déjà amélioré la vie de millions de personnes de façon fondamentale. Qui est mieux placé qu’une entreprise telle que Bayer pour relever de tels défis?»


+ Casebia: une chance pour les enfants gravement malades

Casebia


La cécité congénitale peut-elle être guérie? Y a-t-il une chance pour les enfants avec une malformation cardiaque congénitale? Que pouvons-nous faire pour guérir les troubles de la coagulation sanguine potentiellement mortels? Ce sont précisément ces trois objectifs dont il est question chez Casebia Therapeutics, une joint-venture que Bayer a fondée avec l’entreprise suisse CRISPR Therapeutics. L’entreprise est spécialisée dans la modification ciblée du matériel génétique humain. Elle travaille avec une technologie révolutionnaire appelée CRISPR-Cas9. Celle-ci permet de supprimer et remplacer avec précision des composants de l’ADN et fonctionne comme des ciseaux génétiques. Le siège de Casebia se trouve à Boston, il existe d’autres sites à San Francisco, Seattle et Cologne.

+ BlueRock Therapeutics: réparer les cellules malades


BlueRock


Les cellules sont la base de toute vie humaine. Les différentes fonctions de l’organisme, que cela soit la mémoire, la digestion ou le battement du cœur, ne sont possibles qu’avec des cellules saines. C’est pourquoi la recherche sur les cellules souches est extrêmement importante pour guérir différentes maladies. Avec l’entreprise américaine Versant Ventures, Bayer a donné vie à la joint-venture BlueRock Therapeutics, active dans la recherche sur les cellules souches: la régénération de lésions cardiaques, la réparation de lésions de la rétine avec restauration de la vision et la restauration du tissu cérébral pour protéger la mémoire. La recherche et le développement de l’entreprise se trouvent à Toronto, New York et Boston.

+ Joyn Bio: Une révolution pour les sols


Joyn Bio


Pouvons-nous améliorer les microbes de façon à ce qu’ils mettent à disposition de l’azote pour les plantes et rendent ainsi l’apport externe d’engrais azotés superflu? Les engrais azotés sont un facteur important dans l’agriculture. Le développement de tels microbes pour des plantes utiles importantes pourrait rendre l’agriculture considérablement plus efficace et par ailleurs, également diminuer l’émission de gaz à effet de serre. La nouvelle entreprise que Bayer a fondée avec l’entreprise américaine de biotechnologie Ginkgo Bioworks travaille à la réalisation de cet objectif. Joyn Bio sera active à Boston, la terre natale de Gingko, ainsi qu’en Californie à West Sacramento. Bayer y a réuni ses activités de R&D dans le domaine des traitements biologiques destinés aux plantes.

L.CH.COM.BHC.08.2018.0691-DE/EN/FR